En entretien d’embauche, les questions les plus simples sont parfois les plus suspectes. Vous hésitez, bafouillez, le malaise vous gagne, vous voyez déjà ce job étudiant vous filer entre les doigts. Comment faire ? Voici les 10 questions pièges les plus courantes, les plus déstabilisantes. Et les moyens de les contourner.

  1. Décrivez-vous en 1 mot

Où est le piège ?

Vous avez préparé votre présentation et l’employeur vous coupe l’herbe sous le pied. Et puis, comment se décrire en 1 mot ? Une personnalité, c’est complexe, nuancé. Se décrire en 1 mot, n’est-ce pas déjà se trahir ?

Comment répondre ?

L’employeur vous demande de vous décrire en 1 mot, pas de vous présenter 1 mot. Jouez le jeu, trouvez 1 mot qui vous permettra de rebondir, de vous présenter plus avant. Ce mot est une clef que vous tournez ensuite pour dire qui vous êtes. Prenons le mot « créatif ». Une fois cité, ne vous arrêtez pas, l’essentiel est à venir. Exploitez le mot, expliquez dans quelle mesure il vous sied. L’essentiel n’est pas le mot, ce sont ceux qui viennent ensuite…

  1. Citez vos 3 principales qualités / vos 3 principaux défauts

Où est le piège ?

Ne pas oser répondre à la question de manière frontale…

Comment répondre ?

Nous avons consacré un billet à cette question : vous trouverez toutes les clefs pour aborder cette question en toute sérénité !

  1. Pour quelle raison souhaitez-vous travailler ici ?

Où est le piège ?

A travers cette question, l’employeur cherche à savoir quelle place tient le poste qu’il propose dans votre processus de recherche d’emploi. Avez-vous postulé ici comme n’importe où ailleurs ou le poste présente-il un intérêt réel à vos yeux ?

Comment répondre ?

Ne laissez pas entendre que vous n’avez postulé nulle part ailleurs, que vous voulez ce job sinon rien. D’une part, c’est certainement faux. D’autre part, à travers cette suggestion, vous n’envoyez pas un signal positif à l’employeur, bien au contraire. En tant qu’individu rationnel, ce que vous êtes, vous n’utilisez pas une cartouche unique. Ne laissez pas entendre que vous ne voudriez pas travailler ailleurs, démontrez plutôt que les valeurs de l’entreprise vous correspondent.

  1. Quelles sont vos exigences salariales ?

Où est le piège ?

Cette question est souvent mal vécue par le candidat. Difficile de parler d’argent… Pourtant, la question du salaire ne devrait pas être considérée comme un piège. L’employeur vous paiera, il le sait, vous aussi.

Comment répondre ?

Pour éviter tout bafouillage, préparez la question en amont ; ne livrez pas une exigence salariale précise mais une fourchette. Et indiquez que vous êtes prêts à en discuter


  1. Que pouvez-vous nous apporter / nous apprendre ?

Où est le piège ?

Cette question nécessite une connaissance précise du poste.

La réponse exige une certaine mesure : vous ne révolutionnerez pas le fonctionnement interne (ou pas tout de suite !) de l’entreprise. Par ailleurs, l’employeur n’attend pas qu’on vienne lui expliquer son métier.

Comment répondre ?

En amont, à partir du descriptif du poste, tentez de vous projeter, imaginez-vous concrètement au sein de l’entreprise. Posez-vous alors la question suivante : que puis-je apporter ? Deux réponses sont possibles : une compétence précise (code informatique, etc.) ou une certaine sensibilité (sur le plan relationnel, créatif, etc.). A vous de voir !

  1. Comment avez-vous préparé cet entretien ?

Où est le piège ?

L’employeur cherche à savoir si vous abordez l’entretien comme un simple jeu de questions-réponses, un exercice formel dont vous voulez vous débarrassez au plus vite.

Comment répondre ?

Laissez entendre que vous considérez l’entretien comme une conversation, un échange gagnant-gagnant ; rappelez ici votre réel intérêt pour l’entreprise et le poste, que la préparation visait un seul objectif : aborder l’entretien comme un temps fructueux pour l’employeur et vous-même.

  1. Vous rencontrez un problème. Que faites-vous ?

Où est le piège ?

L’employeur cherche à évaluer votre capacité d’adaptation. Le hic : les problèmes susceptibles d’être rencontrés sont évidemment multiples. Arriverez-vous à fournir une réponse synthétique, cohérente et instructive ?

Comment répondre ?

Soyez humble et réaliste : expliquez que, par définition, tous les problèmes ne peuvent être anticipés, que vous savez vous adapter et vous pliez en quatre pour trouver une solution. A partir de votre expérience personnelle ou professionnelle, donnez un exemple.

  1. Pourquoi pensez-vous être le candidat idéal pour ce poste ?

Où est le piège ?

Vous prendre pour l’employeur, voilà le piège !

Comment répondre ?

Vous pouvez avancer le fait que le poste est idéal pour vous mais laissez l’employeur apprécier la valeur de votre candidature. Ajoutez que vous possédez les compétences requises et que votre motivation est réelle.

  1. Où serez-vous dans 5 ans ?

Où est le piège ?

Le manque de cohérence entre vos projets à court et long terme…

Comment répondre ?

Employez le conditionnel, livrez vos désirs et précisez que vous saurez saisir les opportunités qui ne manqueront pas de se présenter.

  1. Avez-vous des questions à nous poser ?

Où est le piège ?

N’avoir aucune question à poser !

Comment répondre ?

Etudiez le site web de l’entreprise en amont. Considérer l’environnement du poste et celui de l’entreprise vous suggèrera de nombreuses questions à poser. Deux exemples : comment le poste s’articule-t-il avec les différents services (environnement du poste) ? Comment l’entreprise se positionne-t-elle par rapport à la concurrence (environnement de l’entreprise) ?