« Maintenant, citez-moi vos trois principales qualités et vos trois principaux défauts ». Les qualités, ça va, on trouve toujours. Et puis, citer ses qualités, c’est tout à fait cohérent avec la ligne de l’entretien d’embauche pour un job étudiant. Vous êtes venus pour vous mettre en valeur, décrocher le job, montrer qui est le meilleur. En filigrane, vous faites référence à vos qualités tout au long de l’entretien d’embauche. Les défauts, c’est une autre histoire. Citer un défaut, faisable… 2, on sèche. Alors 3, on n’y pense même pas ! La tentation diabolique affleure à cet instant, quelque part entre le deuxième et le troisième défaut. « Je suis perfectionniste ». La bombe est lâchée. Voire pis, « je suis trop perfectionniste ». Ce qui ne veut pas dire grand-chose.

Pourquoi ne pouvez-vous pas dire « je suis perfectionniste » en entretien d’embauche ? En premier lieu, pour une raison simple : tout le monde le dit. Or, si l’employeur vous a sollicité pour un entretien, c’est qu’il veut vous rencontrer vous, votre profil particulier l’intéresse. Rencontrer M. Tout le monde représente pour lui une perte sèche de temps.

En second lieu, le perfectionnisme n’est que l’extrapolation d’une qualité. En gros, vous essayez de dire que vous êtes « trop organisé(e) ». Une bonne stratégie ? Non, une catastrophe. « Je suis perfectionniste » transmet le signal suivant à l’employeur : ce candidat a réfléchi à une seule chose : comment se sauver la face en entretien ? Le poste, il n’y a pas pensé 1 seconde.

C’est le véritable problème du syndrome « Je suis perfectionniste ». Il tombe toujours comme un cheveu sur la soupe, trop générique. Or, l’entretien, ce sont deux personnes bien définies qui se rencontrent et échangent. Et c’est aussi la raison pour laquelle la question des qualités est finalement aussi complexe que celle des défauts. « Je suis dynamique ». Au secours !!! Trop générique ! Pensez au poste. Considérez tout, y compris la question des qualités et défauts à travers le prisme du poste en question. Rien d’autre.

Rappelez-vous Popeye dans Les Bronzés font du ski : « quel le défaut principal de Bernard ? » Nathalie répond « il est égoïste ». Popeye réplique « rien à voir avec le ski ». Et il a raison ! Le ski, c’est votre poste, trouvez des qualités et défauts en rapport avec le ski/le poste !

Quel est le défaut principal de Bernard ? par parano

L’employeur a une obsession : le poste à pourvoir. Vous devez partager cette obsession, la faire vôtre. Ne pensez qu’au poste, tout en découle.

Lors de la préparation de l’entretien, ne jugez pas la personne que vous êtes, évaluez le candidat au poste. Comme l’employeur compte le faireEtudiez le descriptif du poste en profondeur, jusqu’à le savoir par cœur ou presque. C’est la clef. Imaginez-vous en situation, décrivez mentalement, selon le descriptif, votre journée-type à ce poste. Trouvez ensuite 3 qualités et 3 défauts qui découlent de cette mise en situation.

Exemple : « Le poste réclame une grande flexibilité. Cela ne me pose aucun souci mais j’ai du mal à changer mes habitudes de travail ».

Cette formulation présente 2 avantages :

  1. En entretien, vous rebondirez sur les caractéristiques du poste : « qu’entendez-vous par flexibilité ? »
  2. Vous ne dites pas « je suis + 1 défaut » (« je suis casanier » en l’occurrence) : l’employeur n’est pas là pour juger mais pour recruter. Alors, vous-mêmes, ne portez pas un jugement définitif sur votre personne. Evaluez vos aptitudes à ce poste, c’est différent !